LA PYRAMIDE alimentaire

outils pyramide alimentaire

Principales sources :

http://mangerbouger.be/La-pyramide-alimentaire-55983

https://www.foodinaction.com/telechargez-pyramide-alimentaire/

 

« Historiquement, la Première 
pyramide alimentaire a été proposée 
en 1992 par le Département de l’agriculture des États-Unis.
Véritable guide visuel, cette aide graphique avait pour vocation d’orienter le consommateur vers une alimentation équilibrée à l’aide de repères simples et facilement compréhensibles pour leur permettre une alimentation de qualité, variée et adaptée aux envies de chacun.

Dans la version initiale de 1992, issue du Guide diététique pour les Américains, la pyramide était structurée horizontalement et les aliments étaient classés en 7 groupes sur 6 niveaux :
> les céréales et dérivés (à la base de la pyramide) ;
> les légumes ;
> les fruits frais ;
> le lait et produits laitiers ;
> les viandes, poissons, œufs et légumes secs ;
> les sucres et matières grasses (au sommet de la pyramide).

USDA Food Pyramid 1992

Source : Guide diététique pour les Américains de 1992.

En 2005, une nouvelle pyramide, basée sur le nouveau Guide diététique pour les Américains paru la même année, conserve les six groupes d’aliments mais remplace les bandes horizontales par six bandes verticales de couleurs différentes pour améliorer certaines limitations de la pyramide originale en faisant une distinction entre les « bonnes graisses » et les « moins recommandables » tout en incitant à la consommation de viandes maigres plutôt que de viandes rouges :

MyPyramidFood 2005

Source : Guide diététique pour les Américains de 2005.

Considérée moins Claire et plus interprétable, l’assiette « MyPlate » remplace finalement en 2011,
la pyramide alimentaire aux États-Unis pour ne privilégier que 5 grandes familles :
> les légumes ;
> les fruits ;
> les féculents ;
> les protéines (animales) ;
> les produits laitiers.

1920px USDA MyPlate green 2011

Source : https://www.choosemyplate.gov/.

A l’instar de « MyPlate », la forme pyramidale reste largement utilisée à travers le monde pour illustrer les fondements de l’alimentation équilibrée, à savoir la complémentarité des familles alimentaires, mais aussi leur rapport de force. Elle permet toujours de visualiser ce qui constitue, sur base des recommandations nutritionnelles exprimée en nutriments, la base de l’alimentation équilibrée qui s’élabore avec les denrées issues des différentes familles.
En France par exemple, une nouvelle pyramide alimentaire de 2020, développée par Food in Action et le département diététique de l’Institut Paul Lambin – Haute École Léonard de Vinci – a été revue dans son contenu et son graphisme, de manière à être en cohérence avec les enjeux actuels, dont les recommandations alimentaires pour la Belgique, et avec un look plus actuel.
Les nouveautés tiennent des changements d’étages de groupes alimentaires, de la distinction au sein de chaque famille alimentaire, des aliments à favoriser, ceux qui sont tolérés et ceux qui sont à consommer occasionnellement, et d’une pointe de pyramide décalée.

Les changements d’étages

Les fruits et légumes gagnent en importance en descendant d’un étage.

L’OMS en recommande en effet entre 400 et 800 g par jour, ce qui est donc plutôt plus élevé que la quantité de féculents préconisée, d’autant que les légumes secs quittent la famille des féculents pour la famille « viande, volaille, poisson, œufs et alternatives végétales ».
Autre évolution, les matières grasses ajoutées se voient complétées des fruits oléagineux. Car cette catégorie d’aliments est une source de lipides de qualité, mais dont l’apport doit être géré, en tenant compte de celui des autres graisses visibles.
Enfin, la famille des produits laitiers s’ouvre aux alter-natives végétales, à condition que ces dernières appor-
tent suffisamment de calcium (ce qui suppose un enrichissement).
Quant à l’activité physique, elle est bien présente pour rappeler son importance au quotidien, mais pas sous forme d’étage dans l’édifice afin de ne pas se confondre avec ce qui concerne les aliments.

Les aliments favoriser

Pour permettre d’effectuer les meilleurs choix en toute connaissance de cause, 3 niveaux ont été établis :

NIVEAU 1 : ALIMENTS A FAVORISER
> Ce sont les meilleurs choix à faire au sein de la famille.
Ce sont ceux-là à privilégier au quotidien : légumes frais ou surgelés non préparés, céréales complètes peu salées et/ou sucrées, alternatives végétales avec suffisamment de protéines, peu grasses et peu salées...

NIVEAU 2 : ALIMENTS TOLÉRÉS
>
Ce sont les aliments qui ont leur place mais qui ne sont pas aussi performants sur le plan nutritionnel que les aliments à favoriser : laitages entiers, smoothies, légumes préparés avec ajout de sel ou de matières grasses...

NIVEAU 3 : ALIMENTS A CONSOMMER A L’OCCASION
>
Eux aussi ont leur place mais cela signifie en pratique que l’on vise à diminuer la fréquence d’apparition au sein du menu sans toutefois l’interdire :
 eaux riches en sodium, compotes de fruits, croquettes de pomme de terre, yaourts à la crème, poissons fumés, beurre...

Enfin, la pointe de la pyramide regroupe les aliments qui n’appartiennent pas aux autres familles et qui sont considérés comme peu recommandables du fait même que l’on pourrait s’en passer pour l’équilibre. Mais du fait qu’ils existent et qu’ils sont consommés, la tendance est d’apprendre à les gérer plutôt que de braver l’interdiction qui on le sait a ses limites…

… la Diététique n’étant pas étymologiquement un Art de vivre (du grec Diaita) dont celui de bien vivre et se nourrir en combinant l’alimentation entre Santé et Plaisir.

Le mois prochain, nous vous proposons de lier ce Nutri-score aux groupes d’aliments qui gouvernent particulièrement vos plans alimentaires et menus en restauration collective sous la houlette… du GEM-RCN.

Marc ANTOINE - Diététicien nutritionniste - Consultant externe du Pôle Qualité GEDAL 

 

Continuer vers le site GEDAL
Nous respectons votre vie privée ! Vos données de suivi de navigation sont anonymisées. Vous devez tout de même consentir explicitement à autoriser les cookies pour visualiser ce site.